Un nouveau médicament à base d’acide oxalique?

Une nouvelle sur le site de l’ITSAP : http://blog-itsap.fr/aluen-cap-nouveau-medicament-anti-varroa-a-base-dacide-oxalique/?fbclid=IwAR3Mskd5zO4-7j0Ak_try7m_UZ8LkprlPpyQj6ThzrJZdu-ZhvBc7dSOdXI

Bien que toute nouveauté concernant la lutte contre le varroa nécessite une attention bienveillante, je me pose des questions quand à ce nouveau produit.

Au niveau application, cela semble pouvoir se faire sans équipement particulier. c’est plutôt un bon point. Les amateurs ne sont pas tous équipés de masques idoines et autres équipements de protection.

Par contre nous parlons d’acide oxalique. Rien de nouveau. Nous en avons déjà dans le Varromed, qui est lui aussi admissible simplement. Il existe aussi l’acide oxalique par sublimation (il faut donc une machine) ou dégouttement (api-bioxal par exemple). A ma lecture, rien de nouveau …

Les quantités sont énormes. On laisserait diffuser via une lanière 40g d’AO? Vraiment? wow ! par sublimation ou dégoutement on parle de 1g à 2g par ruche…

Quelques bon points donc, mais toujours pas le système anti-varroa miracle qui nous supprimerai ce nuisible des ruches. Nous sommes toujours dans les 95% d’efficacité. Il va donc rester des acariens et nous allons devoir retraiter rapidement… rien de neuf au final.

Devenir apiculteur amateur

Devenir apiculteur amateur est une formidable aventure. Une aventure personnelle mais aussi familiale. Les enfants, les petits enfants, les amis, l’apiculture est un vecteur d’échanges formidables. C’est aussi l’occasion d’un retour aux sources, au contact de la nature, de la météo et d’un certain lâcher prise…

Avoir une ruche est une immense joie et en même temps une responsabilité. Le monde de l’abeille regorge de règles à connaitre, de petits pièges à éviter. Ce n’est pas très difficile mais cela nécessite un petit plus d’attention que de s’occuper du chat ou du chien de la maison.

Je vous propose de vous accompagner, de vous donner quelques clefs de façon à vous faciliter le démarrage mais aussi la conduite à tenir. Mes stages n’ont pour vocation que de vous insuffler la confiance nécessaire pour passer de l’intention à l’acte. Les anciens vous diront que « devenir apiculteur prend toute une vie », que l’on « n’est vraiment apiculteur qu’au bout de 7 ans de pratique « . Certes, ils ont évidemment raison. Cependant, avec quelques astuces et connaissances, avoir une ou plusieurs ruches est largement accessible à toutes et tous. On en tire très vite de nombreux bénéfices dès la première année.

Une fois un peu plus aguerris, mes stages avancés vous permettront d’approcher et d’appréhender certaines phases de gestion des ruches plus complexes. Certains choix nécessitent une compréhension pour pouvoir décider quelle démarche l’on préfère mettre en œuvre: type de traitement, création de reine ou pas, cires gaufrées ou pas… bref, quels choix de conduite de ruche pour quels résultats…

Vous trouverez à droite la liste des dates des stages prévus et le nombre de places disponibles. En cas de besoin n’hésitez pas à me contacter évidement.